Lectures et conférences

 

CHINE

ecriture-chinoise-jiaguwen-carapace-tortue170px-OracleShellEn Chine, à l’âge de bronze, il y a 3500 ans, les devins avaient coutume de brûler les carapaces de tortue.

En se craquelant, des signes apparaissaient.

ces signes obtenus racontaient des événements compris dans tous les dialectes de la Chine.

Ces symboles sont reproduits sur des vases en bronze :

l’écriture chinoise est née.

 

 

Chaque signe a été mis en relation avec le son (phonème) qui lui correspondait dans la langue orale et qui était une syllabe unique.

Dès le IIIème siècle avant notre ère, les chinois ont tenté d’unifier l’écriture pour la rendre officielle :

3000 caractères obligatoires pour tous les scribes du pays.

1624020233KONG FUZI, Confucius, philosophe chinois,

né en -551 mort en -479 propose une doctrine politique et sociale qui a été érigée en « religion d’État » dès la dynastie Han et qui ne fut officiellement bannie qu’au début du XXe siècle.

Ses idées parviennent au Japon en 552.

Tous les samouraïs éduqués le lisent.

 

Japon

400 après JC, l’écriture chinoise arrive au Japon, apportée par les érudits et les moines bouddhistes venus de Chine.

552, le bouddhisme arrive au Japon, à partir de la Chine et de la Corée.

centenaire-Wangyangming540-587, YOMEI, le trente-et-unième empereur du Japon, adopte le bouddhisme et construit le premier temple bouddhiste.

800  La culture japonaise remplace la culture chinoise à la cour de l’Empire.

894  rupture des liens entre la Chine et le Japon

900  Invention d’une nouvelle écriture et donc d’une nouvelle langue qui appartient à la famille des langues au même titre que le Finnois, le turc et le coréen (langues ouralo-altaïques ), théorie controversée.

IXème siècle : création de trois ensembles de caractères de l’écriture japonaise
768px-Table_hiragana.svgLe HIRAGANA sert pour les mots purement japonais

 

 

 

 

katakanaLe KATAKANA réservé pour les mots d’origine étrangère

 

 

 

 

 

Toutes les deux issues des KANJI, caractères chinois.Kanji_9a_thumbnails

 

 

 

 

 

220px-Torii.svgLe shintoïsme : Son origine remonte au fond des âges, et il s’apparente plutôt aux religions animistes des anciennes populations sibériennes.

A l’époque Yayoi qui dura six siècles, du IIIème siècle avant au  IIIème siècle après notre ère.

 Le shinto est essentiellement polythéiste.

Le concept majeur du shintoïsme est le caractère sacré de la nature. Le profond respect en découlant définit la place de l’homme dans l’univers : être un élément du grand tout.

Ainsi, un cours d’eau, un astre, un personnage charismatique, une simple pierre ou même des notions abstraites comme la fertilité peuvent être considérés comme des divinités.

Le Shinto, ou« La voie des dieux », est une religion sans fondateur ni prophète, ne s’appuie sur aucun texte écrit, semble complémentaire au bouddhisme.

f3593376e95a5f6120802c39b9d3a1da_largeLe SUMO, sport national, dont le rituel s’apparents au rituel SHINTO.

Les sumotoris (combattants) sont considérés comme des demi-dieux.

2% de la population pratique un art martial au Japon.