Le POUVOIR de la BONTÉ, Dalaï Lama

Le pouvoir de la bonté

Dalaï Lama

Marabout, 2004

Selon le bouddhisme, un être malveillant, égoïste est un être malade. Le but du médecin est de le soigner, non de le juger, de le condamner ou de le punir. Dans cette perspective, il convient d’envisager ceux qui nous font du tort comme des individus empoisonnés par l’animosité, l’arrogance, l’avidité, et la jalousie. Ne nous battons pas contre un être, mais contre une émotion, ou un comportement. L’aider à changer.

1422273461altruisme

A l’origine, toute les grandes traditions religieuses ont pour but d’améliorer l’homme, non pas de lui nuire. On retrouve dans toutes les grandes spiritualités la notion d’amour du prochain, même si cet idéal a été maintes fois démenti par les faits. Une telle perversion se produit quand on brandit la religion comme un drapeau, qu’on la transforme en diktat, sans en comprendre ni ne pratiquer le sens profond.

Il est nécessaire d’ouvrir le dialogue entre les contemplatifs pour qu’ils partagent le sens profond de leurs expériences personnelles.

altruisme_t1stv1

La composante naturelle du bonheur est l’altruisme, qui rayonne , au-lieu d’être centré sur soi. La transformation de soi permet de mieux transformer le monde.

Même hostile, l’autre est comme moi, un être humain qui redoute la souffrance et aspire naturellement au bonheur. L’amour et la compassion vont de pair avec la notion d’interdépendance, qui est au cœur de la philosophie bouddhiste.Equilibristes

Tout changement important qui se produit quelque part dans le monde a des répercussions sur chacun d’entre nous. D’où la nécessité de non-violence entre les hommes, non-violence envers les animaux, non-violence à l’égard de l’environnement.

Rechercher le bonheur en étant indifférent à la souffrance des autres est une erreur tragique !

On peut se passer de religion, mais personne ne peut se dispenser de compassion et d’amour.

Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Si l’individu ne devient pas pacifique,  une société qui est la somme de ces individus ne le deviendra jamais.

95% des armements mondiaux

sont vendus par 5 membres permanents du

Conseil de Sécurité des Nations Unies.

BONTÉ ET COMPASSION :

colere-postoperatoirePar la colère, nous perdons l’une des meilleures qualités humaines : notre capacité de jugement. Nous pouvons souscrire une assurance, elle est à l’intérieur : discipline, vigilance et une claire conscience des inconvénients de la colère et des effets positifs de la bonté. Cette vigilance intérieure peut nous permettre de contrôler notre esprit.

Les égoïstes stupides pensent constamment à eux, et le résultat est négatif.

Les égoïstes intelligents pensent aux autres, aident les autres autant qu’ils le peuvent, si bien qu’ils en retirent un bienfait pour eux-mêmes.

DÉVELOPPER LA COMPASSION :

indexLa tradition bouddhiste considère la compassion et l’amour comme deux aspects de la même émanation : la compassion est le souhait de voir des êtres vivre sans souffrance, l’amour est le désir qu’ils soient heureux.

Par un entraînement régulier, il est possible de développer son esprit.

  • Par l’effort et par une conviction née de la compréhension, nous pouvons corriger en profondeur nos attitudes mentales.
  • Si nous acceptons que la souffrance, loin de s’appliquer à nous uniquement, est le lot de tous, nous renforcerons notre détermination et notre capacité à surmonter nos problèmes.
  • Chaque obstacle pourra devenir une précieuse occasion d’élever son esprit et une nouvelle chance d’élever sa compassion.
  • Grâce à la compassion notre propre sérénité et notre force intérieure se renforceront.

L’égocentrisme nous empêche d’aimer les autres. Pour être vraiment heureux, il nous faut un esprit calme, et cette paix de l’esprit ne s’installe qu’avec la compassion.

compassion-hien-nguyenIl est possible d’avoir de la compassion sans attachement.

  • La véritable compassion n‘est pas une réaction émotionnelle, mais un engagement ferme fondé sur la raison.
  • Reconnaissant que tous les êtres sont égaux dans leur aspiration au bonheur et dans leur droit à l’obtenir, nous éprouvons un sentiment d’empathie, qui  nous rapproche d’eux.
  • En habituant l’esprit à cet altruisme universel, on développe un sentiment de responsabilité collective et l’on souhaite les aider activement à dépasser leur problème.
  • La véritable compassion ne peut être vécue que lorsque l’adhésion au moi aura disparue.

Les plus grands obstacles à la compassion : la colère, la haine.

  • Malgré leur pouvoir, elles sont maîtrisables.
  • La compassion, la raison et la patience sont, loin d’être des signes de faiblesse, des antidotes à la colère, les marqueurs d’une force intérieure, qui nous incite à la tolérance. Donner libre cours à la colère est un signe indubitable de faiblesse.
  • La colère et la haine sont nos véritables ennemies.
  • Entraîner son esprit à affaiblir leur pouvoir négatif permet de nourrir nos efforts de paix intérieure.

Par nature, la compassion est bonne, douce, et pacifique, mais elle est aussi très puissante. Elle nous procure de la force intérieure, et nous incite à la tolérance.

Si nous voulons apprendre à cultiver l’amour, la compassion et la patience,  alors il est nécessaire de considérer nos ennemis comme nos véritables maîtres.

Vaincre l’ennemi qui est en soi : il faut être capable de s’aimer soi-même avant de vouloir prendre soin d’autrui. compassion

  • La capacité de s‘aimer repose sur le fait que, par nature, nous désirons tous être heureux et éviter la souffrance.
  • Il est alors possible de l’étendre à tous les êtres sensibles.
  • Évitons de nous complaire dans des pensées égocentriques qui négligeraient l’impact de nos actions sur autrui.
  • Tous nos problèmes et nos souffrances proviennent d’attitudes égocentriques qui privilégient notre bien être personnel aux dépens de celui d’autrui, alors que notre joie et notre confiance sont issues de nos pensées et d’émotions tournées vers les autres.
  • Le bonheur d’autrui est précieux.
  • 551269-443537519067511-1863807594-n

L’équanimité : neutralité d’esprit, détachement. Ce n’est pas de l’indifférence au monde ou à la vie, c’est précisément le contraire.

C’est un détachement qui supprime les émotions fondées sur des considérations superficielles, quant à notre proximité ou notre distance par rapport à autrui.

A partir de là il est possible de développer une compassion véritablement universelle.

img_religion

  • Coopération entre les religions : Le Bouddhisme n’accepte pas l’idée d’un Créateur les chrétiens fondent leur philosophie là-dessus. Mais je respecte profondément la foi des chrétiens.
  • Toutes les traditions religieuses, en dépit de leur différence, ont un objectif commun :
  • le progrès humain, l’amour, le respect des autres, le partage des souffrances.

CharlieslideL’amour est essentiel dans toutes les religions, nous pourrions parler d’une religion universelle de l’amour.

Les différences dans les croyances sont utiles : c’est une richesse dans le fait qu’il y ait tant de représentations différentes du chemin.

« L’essence du judaïsme est l’irrésistible intuition que l’unité des tous les êtres est au-delà de toute représentation matérielle. Cela semble être aussi l’essence du bouddhisme. L’importance de l’amour, de la compassion, de la non-violence chez les bouddhistes, qui résulte directement de cette vision du monde, correspond aux principes fondamentaux du judaïsme. » (Rabbin Kushner)

Aux bouddhistes occidentaux :

L’ensemble des enseignements bouddhistes peut se résumer en deux phrases :

-Vous devez aider les autres.

(Enseignement du grand véhicule)

-Sinon, vous ne devez pas faire de mal aux autres.

(Le petit véhicule, ou le théravada)

Ces deux enseignements sont fondés sur une pensée d’amour et de compassion.

« Transforme ta vision intérieure

mais laisse ton apparence extérieure telle qu’elle est. »

(Entraînement de l’esprit), il est nécessaire de servir et d’aider les autres en restant dans la société.

  • L’usage de notre cerveau doit égaler l’usage de notre cœur. Il est nécessaire de combiner l’écoute, la réflexion et la médiation.
  • Lorsque vous commencez la pratique, vous ne devez pas avoir d’attente, mais de la patience.
  • Cette détermination vous empêche de tomber dans la paresse et le découragement.
  • Vous devez être résolu à pratiquer la patience.
  • « Aujourd’hui mon calme mental, ma paix intérieure sont très petits » si vous comparez avec le passé, vous pourrez constater qu’il y a eu une amélioration.
  • Un enseignement n’est pas fait pour entretenir une simple connaissance intellectuelle, mais pour améliorer l’esprit.
  • Une pratique authentique de la religion consiste à lutter contre ses ennemis intérieurs.le-magazine-atlantic-L-air-interieur-mon-meilleur-ennemi1
  • Note véritable ennemi est dedans nous-mêmes : les émotions conflictuelles (l’orgueil, la colère, la jalousie…) sont nos vraies ennemis.
  • Notre arme principale est la sagesse.
  • Cette arme de la sagesse est comme une balle de fusil et peut-être même comme une rocket ; le lanceur de rocket est la stabilité mentale.
  • Une fois que vous avez posé la fondation de l’éthique, l’étape suivante est de développer la stabilité mentale, et, finalement, la sagesse.

Renoncer au monde signifie abandonner votre attachement au monde.

Raison, science et valeurs spirituelles :

« Les moines et les érudits doivent

Bien analyser mes paroles,

Comme l’or (qui doit être testé par

la fusion, l’entaille et le polissage)

Et ensuite les adopter, mais non pour me montrer du respect. »  (Bouddha)

Nous devons toujours accepter les faits, la situation réelle, quelle qu’elle soit.

La recherche et le développement scientifiques doivent se réaliser en parallèle avec la recherche et le développement spirituels.

index

« La vacuité signifie-t-elle la plénitude ? »

« Je crois que oui, habituellement j’explique que la vacuité est comme un zéro. Un zéro en lui-même n’est rien, mais sans le zéro, vous ne pouvez pas compter. Par conséquent un zéro est quelque chose, tout en étant un zéro. » (Dalaï Lama)

« Quelle est la relation entre l’esprit et les émotions conflictuelles ? »

« L’essence même de l’esprit, sa nature en tant que simple luminosité et simple connaissance, n’est pas polluée par des impuretés.

Si vous agitez l’eau d’un étang, vous voyez se former un nuage de boue ; cependant la nature même de l’eau n’est pas sale. Quand vous la laissez au repos, à nouveau, la boue retombe, laissant l’eau dans sa pureté. »

mp3-auto-hypnose-par-lhypnose-je-vais-au-coeur-de-moi-trouver-la-paix-interieure-relaxation-de-fevrier1-300x300La paix mentale : si vous diminuez la colère et l’attachement, vous atteignez un point où votre esprit demeure toujours calme et stable.

  • La colère est comme un ami, ou un parent que vous ne pouvez éviter, avec qui vous devez toujours rester en relation.
  • Chaque fois que vous le rencontrez, vous prenez des précautions, son influence sur vous diminue progressivement, elle s’affaiblira de plus en plus.
  • La méditation n’est pas d’une grande aide, seul le raisonnement permet de l’obtenir.
  • penses-positives-pour-reussir-sa-vieLe seul effort qui vaille la peine est le développement des pensées positives, l’augmentation de leur pouvoir,  ou de leur force, et la réduction des pensées négatives.
  • Si vous  vous comportez ainsi, l’amour, le pardon, la bonté vous donneront plus d’espoir et de détermination.
  • Pour développer l’espoir, vous avez besoin de compassion, d’amour.
  • L’amour et la compassion sont le fondement de l’espoir et de la détermination.

La méthode principale pour nourrir la conscience intérieure est le développement de la vigilance et du raisonnement, plus efficace, en ce domaine que la méditation et la prière.

Si vous êtes attentifs à la mort, sa venue ne sera pas une surprise, vous ne serez pas inquiet. Vous aurez l’impression que la mort est très semblable au fait de changer de vêtements. C’est pourquoi, le moment venu, vous pourrez garder le calme de votre esprit.

  • face-1370955_1280-e1469719359872Les ennemis sont précieux, dans la mesure où ils vous aident à grandir.
  • L’invasion de Chinois m’a permis de ne pas être isolé, ou conservateur, je suis très reconnaissant au Chinois de m’avoir donné cette occasion.
  • L’ennemi vous enseigne la force intérieure.
  • Votre esprit est par nature très doux, mais quand vous avez des ennuis, votre esprit devient fort.
  • 537869339Je crois que le bonheur est le but de la vie.
  • Il y a un facteur mental et un facteur physique nécessaires à la cause du bonheur et de la paix. Le facteur mental est plus important.
  • Compassion et amour sont nécessaires pour obtenir bonheur et sérénité.
  • Ces facteurs mentaux sont cruciaux, ils sont la source première.
  • La compassion, ce n’est pas seulement se sentir proche, ou avoir pitié. Pour les bouddhistes, la compassion c’est la détermination de vaincre les souffrances des autres, en plus de les ressentir.
  • Détermination et responsabilité.
  • C’est pourquoi la compassion nous apporte la paix ainsi qu’une force intérieure.
  • Cette force est la source finale de la réussite.

Le véritable bonheur ne se limite pas à son propre bien être, mais du développement de l’amour et de la compassion pour tous les êtres.

compassionL’aspiration à ce que les êtres ne soufrent pas, c’est la compassion. Nourrir ces deux attitudes fait naître un sens de l’ouverture et de la confiance qui fournit la base de la paix.

Il faut développer un sens de la responsabilité universelle.

  • Quand nous rencontrons des problèmes, une grande part de leur résolution dépend de l’attitude personnelle vis-à-vis du problème ou de la tragédie.
  • Perdre espoir, se décourager, être déprimé, n’aide pas.
  • En revanche si l’on adopte une certaine attitude mentale, alors la tragédie et la souffrance apportent plus d’énergie, plus de détermination.

b252d1fa-306b-4e13-a6e0-62c549d62d3d

La violence est un pouvoir destructeur, la non violence est constructive, proche de la nature humaine.

D’un certain point de vue, le Bouddhisme est une religion.

D’un autre point de vue, c’est une science de l’esprit, non une religion.

Le bouddhisme peut être un pont entre ces deux aspects.

jardin_deux_rives