Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet

Réduire au silence 100 maladies

avec le régime Seignalet

Jean Marie MAGNIEN, Thierry Souccar Edition, 2013

Ce régime, sans gluten et sans lait, avec des compléments alimentaires, permet la rémission, non la guérison, des maladies de civilisation, de 80 à 100% de réussite, sans effets secondaire !

Pourquoi la médecine reste MUETTE ? On peut parler de dissonance cognitive, c’est-à-dire un double refus, celui de croire et d’entendre, avec la certitude des idées fausses.

C’est oublier la première règle d’Hippocrate : PRIMUM NON NOCERE.

Le but de ce livre est de donner des informations solides et indépendantes des pressions de l’industrie pharmaceutique et agro-alimentaire.
admin-ajaxLe constat est le suivant : il y a une augmentation des pathologies de dégénérescence, c’est à ire du vieillissement accéléré de toutes les cellules de notre corps, chez des patients de plus en plus jeunes. Il y a un lien avec l’alimentation.

La prise de conscience sera individuelle. Le collectif sera trop tributaire de l’économie (p.23)

Se prendre en charge :

« Chacun est responsable de tous. » (St Exupéry)

  • La nourriture au Paléolithique :

L’Homme, dont le patrimoine génétique est identique au nôtre, Homo Sapiens, est apparu il y a environ 200 000 ans, avant notre ère. (Peut-être 400 000 ans ?).

Que s’est-il passé dans notre alimentation entre 200 000 et 12 000 ans avant notre ère ? RIEN. C’est la période du PALÉOLITHIQUE : l’homme est chasseur cueilleur, sa consommation est de saison. La femme nourrit l’enfant de son lait, les adultes ne connaissent pas le goût du lait.regime-paleo-10-1

  • Le début du Néolithique, -12 000 à10 000, c’est la culture des céréales, des légumineuses. La population augmente, mais la santé individuelle diminue, à cause des aliments du Néolithique. Le lait de brebis apparaît en -8000 et le lait de vache en -6000, apparition des porcs.
  • Pendant 190 000 ans, l’homme se porte BIEN. Bien sûre, la mortalité infantile est en hausse, mais à l’âge de 20 ans, l’espérance de vie est de 30 à 35 ans, des individus dépassent l’âge de 55 ans.
  • A parti du Néolithique (nouvelle pierre), l’espérance de vie à 20 ans diminue, se situe entre 22 et 28 ans, l’homme perd 16 cm en moyenne, la femme perd 11 cm. Apparition des maladies de dégénérescence osseuse : polyarthrite rhumatoïde et arthrose, pathologies non présentes chez leurs ancêtres qui pourtant vivent plus vieux…

Nous ne nous adaptons pas aux changements alimentaires.

  • L’Homo Sapiens, -200 000 ans l’adaptation aux nouveaux aliments du Néolithique, n’a pas eu le temps de se faire.
  • Notre système digestif est un héritage de l’Homo Sapiens. Nos enzymes digestives assurent la découpe des aliments au stade moléculaire :

l’amidon est transformé en glucose,

►les protéines en acides aminés (si la protéine est un train, l’acide aminé est le wagon), et

les graisses en fines molécules assimilables.

  • Nos enzymes digestives sont inchangées depuis 200 000 ans ….A l’échelle d’une vie humaine, il ne peut donc y avoir aucune adaptation de ces enzymes. La conséquence est qu’il y a dysfonctionnement de nos enzymes !
  • Les évolutions les plus récents de notre alimentation :

Les produits laitiers ont augmenté de 19%

Surconsommation de sucre, de blé de mauvaises graisses

Hippocrate, médecin grec, il y a 2 400 ans (-460 avant notre ère) :

« Que ton ALIMENT soit ton premier  MÉDICAMENT »

Il est mort à 90 ans…

En 2011, il pourrait dire :

« Ton ALIMENT est devenu ton premier POISON »

Le régime SIEGNALET est un régime hypotoxique, c’est-à-dire qu’il apporte à l’organisme des aliments adaptés, et, il exclu les aliments inadaptés, c’est-à-dire ceux qui produisent des macromolécules qui polluent l’organisme.

Propositions en 5 points :

  1. sans-gluten-sans-lactose-jus-de-legumes-e1440058402929Eviction du GLUTEN : aliment inflammatoire pour la paroi intestinale qui augmente la perméabilité et ouvre la porte aux polluants.
  2. Eviction des laitages
  3. Cuisson à température douce
  4. Prise de compléments alimentaires

Les micronutriments se trouvent dans l’alimentation, or, actuellement, elle en est souvent carencée.

Les vitamines et les minéraux sont des co-facteurs des enzymes. Les enzymes (digestives, entre autres) accélèrent les réactions biochimiques, des millions de fois, SI elles sont en  présence de vitamines et de minéraux : les co-facteurs.

Les enzymes digestives participent à la transformation des aliments en molécules directement assimilables par l’organisme. Les amidons conduisent aux molécules de glucose, les protéines, aux acides aminés.

  • Un dysfonctionnement des enzymes dans la sphère digestive entraîne un dysfonctionnement de l’intestin grêle, il y aura une hyperperméabilité intestinale.schema3
  • Toutes nos cellules, et aussi nos enzymes, ont besoin d’un apport quotidien en micronutriments pour se renouveler et pour produire l’énergie suffisante à leur bon fonctionnement. Cette production d’énergie au cœur des cellules s’accompagne de la formation de molécules oxydantes : les radicaux libres. Ce sont des molécules très actives, produites naturellement par l’organisme, responsables du vieillissement cellulaire.
  • Les antioxydants contrent ces oxydants, on les retrouve dans les fruits et légumes, el thé, le vin, les épices…

Comment notre corps se défend des intrus ?

  • En général, notre corps sait se défendre des intrus : virus, bactéries, champignons, protozoaires (amibes), vers, mais aussi de la terre dans une blessure, mais aussi des macromolécules, d’origine alimentaire ou bactériennes, qui se trouvent dans le sang, après avoir traversé la paroi intestinale.
  • Notre système immunitaire est actif, 24hsur 24, il est constitué de globules blancs, qui circulent constamment dans la circulation sanguine et lymphatique, dans tous les tissus du corps (cerveau, intestin, articulations…)
  • L’intestin grêle est l’organe où le système immunitaire est constamment sollicité :
  • 70% de l’armée des globules blancs stationnent au niveau de l’intestin grêle et du colon.
  • La rate est la grande unité de stockage des globules blancs.
  • Le système immunitaire est très réactif, il attaque immédiatement tout élément étranger. Plus leur nombre est important, plus l’attaque est violente. Cette situation peut être source de pathologie.

L’intestin grêle est au carrefour des maladies :

  • L’intestin grêle est le lieu d’absorption privilégié des nutriments : le glucose, les acides aminés, les graisses, les vitamines et les minéraux.
  • Les nutriments empruntent deux voies :
  1. La voie blanche: c’est la voie lymphatique, avec un sens unique, de distribution, sans retour. Cette voie suit les vaisseaux sanguins (sauf dans le cerveau) et transfère les graisses dans tout le corps, en évitant le foie. Ce sont nos mouvements physiques qui propulsent la lymphe, alors BOUGEONS !
  2. La voie rouge : c’est la circulation sanguine où transitent l’eau, les minéraux, les vitamines, les glucides, les acides aminés, très peu de graisse, c’est le plasma. De l’intestin cette voie se dirige vers la veine porte hépatique (qui s’ouvre dans le foie), sous le foie. Le foie est une plate-forme de stockage, de fabrication, de recyclage, et de distribution. A la sortie du foie, les nutriments utiles seront dirigés vers toutes les cellules.

La Flore intestinale : facteur clé de notre santé :

Il y a dix fois plus de bactéries dans le tube digestif que de cellules dans le corps. Les pathologies du colon (colite) dépendent de l’intestin grêle.

L’intestin grêle possède

  • une frontière PASSIVE : passage facile pour l’eau, les iodes de calcium, et
  • une frontière ACTIVE : il y a une action spécifique pour chaque passager, le resquilleur sera cueilli, sans bruit par le système immunitaire, et éliminé.

Cette frontière est très fragile. Si elle est endommagée, sa mission de contrôle est compromise, les intrus peuvent se répandre dans l’organisme.

  • La surface de l’intestin grêle est de 300 mètres2, pour une longueur de 6 à 7 mètres.
  • L’épaisseur est celle d’une feuille de papier à cigarette.
  • La surface est tapissée de près de 3 milliards de villosités (pics arrondis  d’un millimètre de hauteur.)

C’est la fuite de l’intestin grêle qui donnera à Jean Seignalet une idée lumineuse :

« De nombreuses pathologies proviennent de la fuite du grêle. »

Les pathologies provoquées par cette fuite seront classées, par Seignalet en trois catégories :

Les maladies auto immunes

Les maladies d’encrassages

Les maladies d’élimination

Les facteurs qui favorisent la fuite de l’intestin grêle :

  • L’âge : jusqu’à 18 mois, l’intestin est immature, la fuite est physiologique. L’introduction du gluten dès le sixième mois est une erreur. A l’âge adulte, l’étanchéité de l’intestin grêle n’existe pas. Il y a tolérance immunologique, c’est le dépassement d’un certain seuil qui entraînera la pathologie. Au-delà de 7O ans, les cellules de l’intestin grêle deviennent fragiles, le syndrome de la fuite s’installe progressivement. Cet état va accélérer toutes les maladies dégénératives, la maladie d’Alzheimer incluse.
  • Le stress psychique (émotionnel, présent dans 99% des personnes qui subissent une fuite de l’intestin grêle) ou cellulaire (oxydation des cellules). L’impact du stress se retrouve souvent dans le ventre. Les 3 milliards de villosités de l’intestin grêle disposent de filets nerveux les reliant directement à l’hypothalamus.

Si le stress s’installe, les fuites deviennent définitives, mais VARIABLES.

Pour réduire le stress, il faut diminuer les carences et augmenter les compléments alimentaires. Aucun antidépresseur ne sera efficace si vous ne nourrissez pas la production en amont de vos neurotransmetteurs.

admin-ajax-1

La fuite de l’intestin grêle peut être provoquée par le tabac, les statines (médicaments pour baisser le cholestérol), les farines de blé, et TOUS les produits laitiers, car le facteur inflammatoire est le lactose. Tous assurent une inflammation à bas bruit, sans douleur, qui entraîne la fuite de l’intestin grêle.

« Pour une maladie qui entre par le poumon, 20 entrent par l’intestin grêle. » (Seignalet)

  • Les maladies:

  1. Auto-immunes
  2. D’encrassage
  3. D’élimination

Peuvent être réduites au silence avec le régime Seignalet.

  1. La maladie Auto-immune: de grosses molécules, d’origine alimentaire ou bactérienne, pénètrent indûment dans l’organisme, via l’intestin grêle, déclenchant la fabrication d’anticorps et des réactions immunitaires en cascade. Certains de ces anticorps se retournent contre l’organisme comme un boomerang immunitaire qui créé une maladie auto-immune.
  2. La maladie d’encrassage : de petites molécules, d’origine alimentaire ou bactérienne, pénètrent indûment dans l’organisme, via l’intestin grêle. Ces molécules sont trop petites pour entraîner des réactions immunitaires en cascade, mais elles s’infiltrent dans les tissus et perturbent la communication entre les cellules ou les qualifient de « polluant cellulaires ». Pendant cette période de pollution, elles vont donner des maladies d’encrassage.

GRAF_11_ENCRASSAGE_CELLULAIRE

  • Les maladies d’élimination: les polluants cellulaires vont être pris en charge par les globules blancs, nettoyeurs, qui vont livrer un combat à mort. Les cellules mortes seront évacuées vers les émonctoires comme la peau, l’estomac, le colon, les voies aériennes .
  • GRAF_11_ENCRASSAGE_CELLULAIRE

Les médecins sont sous-informés en matière nutritionnelle.

Nous avons besoin de 13 vitamines dans notre corps, indispensables:

Vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12

Vitamine C

Vitamine A

Vitamine D

Vitamine E

Vitamine K

et de MINÉRAUX :

le Magnésium

le Sélénium

le Zinc

 admin-ajax-php

15665864_1901581390072358_1762810727947084836_n

Donc, une prescription médicale de magnésium, sans vitamines B , revient à rouler en voiture…sans faire le plein!

Les compléments alimentaires ne doivent jamais contenir du FER, du CUIVRE ou du MANGANÈSE

De préférences, des vitamines naturelles, si c’est possible

plus d’infos sur :

www.m3micronutrition.com