NAM-MYOHO-RENGE-KYO

La récitation de Nam-myoho-renge-kyo, également appelée

Daimoku (南無妙法蓮華経 « titre » en japonais),

est la pratique principale du bouddhisme de Nichiren.

Ainsi que l’explique un commentaire

[Les Annotations sur le Sens profond du Sutra du Lotus Vol. I] :

« Parce que [Le Sûtra du Lotus]

nous conduit à la vérité ultime,

 il est appelé le véhicule du Bouddha. »

Elle permet de révéler l’état de bouddha inhérent à la vie, qui se manifeste par l’émergence naturelle de joie, de vitalité, de courage, de sagesse et de compassion.

Le principe de l’invocation de Nam-myoho-renge-kyo a été établi par Nichiren, le 28 avril 1253.

« Myôhô Renge Kyô »

est, littéralement, le titre japonais du

Sûtra du Lotus.

Le Grand Maître Miaole déclare que

le Sūtra du Lotus est

« le plus important de tous les sūtras

enseignés dans le passé,

enseignés dans le présent

 ou destinés à être enseignés dans l’avenir ».

Il est composé de soixante-neuf mille trois cent quatre-vingt-quatre caractères. Et donc, soixante-neuf mille trois cent quatre-vingt-quatre principes mystiques.

Mais pour Nichiren, ces mots représentent bien plus que le titre d’un texte bouddhique.

Ils sont l’expression de la Loi de la vie à laquelle le Bouddha s’est éveillé.

Nam-myoho-renge-kyo ne représente qu’une seule expression, mais ce n’est pas une expression ordinaire car elle est l’essence de tout le Sûtra.

Vous demandez si l’on peut atteindre la bouddhéité par la seule récitation de Nam-myoho-renge-kyo, et c’est bien la plus importante de toutes les questions. C’est le cœur de tout le Sûtra et la substance de ses huit volumes.

Nichiren, La phrase unique et essentielle, Écrits, 932-933.

La signification de Nam-myoho-renge-kyo :

De manière succincte, Nam-myoho-renge-kyo pourrait se traduire par :

« Je me consacre

à la Loi merveilleuse

du Sûtra du Lotus »,

ou encore :

« Je mets ma vie en harmonie

avec la vie de l’univers ».

 

Voici une explication plus détaillée des concepts exprimés dans cette phrase :

  • Nam Nam est un mot dérivé de la translittération du mot sanskrit namas qui signifie « se consacrer à », « respecter du fond du coeur », et exprime une forte foi.

  • Myôhô Littéralement, Myôhô signifie « loi merveilleuse » et exprime la relation entre la vie de l’univers et ses nombreuses manifestations.

  •  Myô désigne l’essence même de la vie, invisible et au-delà de l’entendement intellectuel. Cette essence s’exprime elle-même sous une forme tangible () qui, elle, peut être appréhendée par les sens.

  • Les phénomènes () changent, mais un principe unique et immuable les habite tous (myô).

  •  Myō veut dire pleinement doté, ce qui signifie également « parfait et complet ».

 » Myō « signifie révéler la profondeur de la resserre secrète. »

Et le Maître Miaole commente :

« Révéler signifie ouvrir. »

Le caractère myō signifie donc ouvrir.

  • Renge Renge(prononcé « rèngué ») signifie « fleur de lotus ».

   Parce qu’il produit en même temps sa fleur et son fruit, le lotus symbolise la simultanéité de la cause et de l’effet.

La loi de cause et d’effet explique que chaque personne est directement responsable de sa propre destinée.

     Nous créons notre destinée et nous pouvons la changer.

La fleur de lotus est l’un des symboles les plus anciens et aspire à la plus grande pureté, c’est la seule plante aquatique pouvant émerger de la noirceur de la vase pour s’épanouir et se dresser hors de l’eau pour donner une fleur d’une beauté incroyable.

C’est justement dans cette impureté qu’est la profondeur des eaux saumâtres, qu’elle va puiser son élégance et sa beauté pour être enfin attirée par la lumière, la nuit elle se referme et sombre sous la surface de l’eau, à l’aube elle sort et s’ouvre à nouveau.

Symbole de pureté absolue et de l’Eveil, emblème de l’élévation spirituelle, le lotus a la particularité de prendre racine dans la vase ou la boue, sa tige baignant dans l’eau tandis que sa fleur s’épanouit majestueusement sur l’eau.

Intact face à l’impureté,

le lotus symbolise la pureté du cœur et de l’esprit.

Le lotus représente l’élévation de l’âme,

d’abord purement matérialiste au travers de ses racines,

puis goûtant l’expérience de l’eau au travers de sa tige,

pour enfin parvenir à l’illumination et l’éveil au travers de sa fleur.

Les bouddhistes tibétains voient au travers du Lotus la véritable nature des Êtres,

  • la tige étant le samsara (cycles des vies et morts),

  • la fleur symbolisant la paix et la sérénité.

  • Le lotus rose incarne le Bouddha Historique

Sakyamoun: 

Réciter Nam-myoho-renge-kyo produit simultanément dans les profondeurs de notre vie l’effet de la bouddhéité, qui ne manquera pas de se manifester le temps venu.

  • KyôLittéralement, Kyô veut dire « sûtra », « voix » ou « enseignement d’un bouddha ».

Il désigne également le son, le rythme ou la vibration.

Le caractère chinois pour kyo désignait à l’origine le fil d’un ouvrage tissé, la continuité temporelle, et représente ainsi le caractère éternel de Nam-myoho-renge-kyo.

Au sens large, kyô véhicule le concept selon lequel tout, dans l’univers, est une manifestation de la Loi merveilleuse.

https://www.youtube.com/watch?v=yEGA4EBSZAE

 

ou chanté lentement…