PREMIER MOUVEMENT DES PIECES DE BROCART, explications….

 

  • paumes vers le ciel, doigts croisés, niveau nombril
  • INSPIRATION, mains +doigts croisés, se lèvent jusqu’à la poitrine
  • paumes vers le sol, EXPIRATION
  • Stop au-dessus du nombril
  • Imaginer un gros ballon devant soi, paumes vers le sol, tourner autour du ballon, pas de tension dans les coudes,
  • Jusqu’arriver au sommet du crâne, paumes vers le ciel, fin EXPIRATION
  • Les doigts se séparent sur une EXPIRATION
  • Fin du mouvement….prêt pour recommencer…..

 

Chinois traditionnel :

八段錦 , Les huit pièces de brocart est une gymnastique chinoise (ou qi gong, 氣功) , visant à rendre l’organisme plus résistant et prolonger la vie.

Origine :

Selon la légende, Bodhidharma aurait élaboré le baduanjin vers le Ve siècle, au monastère Shaolin.

Au XIIe siècle, le général Yue Fei le développa pour améliorer la santé de ses soldats.

Selon le Centre de gestion du qigong pour la santé relevant de l’Administration nationale chinoise de la culture physique et du sport,  

on ne sait pas par qui ni quand a été créé le Ba Duan Jin ,

mais des illustrations découvertes dans le tombeau des Han (206 av.J.-C – 220 apr.J.-.C)

montrent qu’au moins quatre mouvements ressemblent aux postures du Ba Duan Jin.

Le nom de « brocart » vient des manteaux longs en brocart portés par les dignitaires de l’empire, pour évoquer une bonne santé.

Il y a huit postures qui étaient au nombre de douze, de l’école de Shao Lin, école externe.

Ces huit “mouvements précieux” équilibrent et stimulent les 5 organes, équilibrent les 3 Dan Tian.

Dān peut être traduit par « champ d’élixir », ou « champ de cinabre ».

Tián, représente quant à lui, une surface agricole vu du dessus, traversé par des canaux d’irrigation, et signifie «champ» ou «terre cultivée».

Les champs de cinabre sont trois centres d’énergie vitale qui produisent, accumulent, conservent et coordonnent l’ensemble des fonctions vitales du corps et de l’esprit.

 Chacune des fonctions est associée à un de ces centres d’énergie vitale majeur.

Ainsi, les trois Trésors, JING, QI, et Shen, sont reliés aux trois Dan Tian :

Jing correspond au Dān Tián inférieur,

 au Dān Tián intermédiaire (ou médian),

et Shen au Dān Tián supérieur.

Cette représentation de nos centres énergétiques permet de mieux appréhender les principales voies de circulation qui les relient.

Selon la pensée chinoise, le Dān Tián inférieur est le point de départ de la circulation du Qi. Il constitue ainsi le

« pivot de montée et descente » des énergies vitales dans le corps.

 

La localisation de ces 3 Dān Tián se définit ainsi: 

Le DANTIAN INFERIEUR  (Xià Dān Tián)

 Encore appelé « océan de l’énergie » ou « mer du Qi »,

il est le lieu de stockage de l’énergie originelle

(Jīng inné ou essence)

Il transforme la racine de notre vitalité (Jīng) en souffle-énergies (). Il est en relation avec la Terre, c’est la racine de l’être.

 Ce Dān Tián se situe dans le bas du ventre, à environ deux à trois doigts au dessous du nombril, et s’enfonce de 2 à 4 doigts à l’intérieur de l’abdomen. Il ne s’agit pas véritablement d’un point mais d’une région.

Il est le plus souvent localisé entre 4 VC (Guān Yuán) et 6 VC (Qì Hăi), à l’avant du corps, et se situe au niveau de Mìng Mén (4 VG), à l’arrière.

 Ce centre est en relation avec les énergies terrestres Yin. On l’associe au Jing (ou force vitale). Ce Dān Tián est considéré comme le centre de la vie instinctive et intuitive, dont dépendent toutes nos fonctions physiologiques.

 Le DANTIAN INTERMEDIAIRE (ou médian) (Zhōng Dān Tián)

Encore appelé « Palais écarlate », il est le lieu d’élaboration et de manifestation du  (souffle), entendue ici comme énergie vitale liée à l’air respiré et aux aliments absorbés.

Ce centre transforme le  en souffle spirituel (shén), qui animera à son tour la vie mentale et la conscience. Il correspond à l’Homme.

Ce Dantian est situé au niveau de la poitrine, entre le sternum et le plexus solaire, et correspond aux réchauffeurs moyens et supérieurs, mis en évidence dans le modèle de la production énergétique du  . Son centre est localisé au niveau du cœur, sur une ligne horizontale entre les deux seins, sur le sternum au niveau du 17VC (Shān Zhōng).

 

Ce Dān Tián est en relation avec les énergies Yin & Yang. On l’associe à la respiration (Zong Qi), à l’énergie de la nourriture (Gu Qi), et au  Prénatal (Yuan Qi). Il recueille le  et représente le réservoir de l’organisme pour les vibrations mentales et émotionnelles de l’énergie.

Le DANTIAN  SUPERIEUR (Shàng Dān Tián)

  1. Encore appelé « Sceau du palais« , ce centre transforme le Shén (ou l’esprit) en une sorte d’état spirituel libre conduisant à ce que la philosophie chinoise nomme le retour au Wuji (ou le vide primordial). Ce centre est en relation avec le Ciel. On l’associe à la conscience et à l’esprit.

Ce Dān Tián se situe entre les 2 yeux, au niveau du front, à 3 ou 4 doigts à l’intérieur de la tête, soit à environ 5-6 cm.

Encore une fois, il semblerait que ce Dān Tián corresponde davantage à une région (ou zone), située entre le milieu et le sommet de la tête, qu’à un point en particulier. Si toutefois ce centre devait être associé à un point, celui-ci serait le point Yintang, situé au niveau du 3ème œil bouddhiste.

2.Jīng, Qì, et Shēn sont les différentes composantes d’un même ensemble.

Afin de rétablir l’équilibre naturel, les taoïstes ont élaboré, la méthode du « Nei Dan », ou cinabre interne, qui consiste en un travail interne sur les Sān Bao (les 3 Trésors) et les 3 Dān Tián.

Du point de vue de la Médecine Traditionnelle Chinoise, ces trois concepts sont habituellement abordés conjointement avec celui du corps.

Ce centre est en relation avec les énergies célestes Yang. Il recueille le Qì du ciel et représente, en ce sens, l’aspect mental et spirituel de l’Homme. Il est considéré comme le lieu de transformation de la conscience (Shén).

PREMIER MOUVEMENT DES PIECES DE BROCART:

Le corps est détendu et l’esprit concentré, avec des étirements doux et continus (pour éviter le réflexe ostéotendineux trop fort), pour rechercher une sensation agréable sans contrainte ;

le centre et la rectitude y sont recherchés ;

légèreté et enracinement y sont requis.

La pratique idéale se fait en prenant son temps dans un lieu calme et bien aéré , calmement à un rythme respiratoire normal en respirant par le nez.

Chaque geste se répète 3 fois de chaque côté, pour un effet profond et symétrique.
Les huit postures:

Les huit postures se pratiquent à la suite l’une de l’autre soit assis, soit debout.

Sur les dessins de la version du général Yue Fei, elles portent chacune un nom évocateur et pragmatique qui peut se traduire ainsi :

  1. Liangshou tuo tien li sanjiao (两手托天理三焦), soutenir le ciel avec les mains prend soin du triple réchauffeur.

  1. Zuoyou kai gong si she diao (左右开弓似射雕), imiter l’arc et viser l’aigle.

  1. Tiaoli piwei xu dan ju (调理脾胃须单举), stimuler la rate et l’estomac d’un seul geste.

 

  1. Wulaoqishang xianghou qiao (五劳七伤向后瞧), regarder derrière pour prévenir les cinq maladies et les sept blessures.

 

  1. Yao tou bai wei qu xinhuo (摇头摆尾去心火), agiter la tête et secouer la queue pour calmer le feu du cœur.

  1. Liangshou pan zu gu shen yao (两手攀足固肾腰), saisir les orteils pour renforcer les reins.

  1. Zan quan numu zeng qili (攒拳怒目增气力), serrer les poings pour augmenter la force physique.

  1. Beihou cidian baibing xiao (背后七颠百病消), soulever sept fois les talons pour traiter la maladie.