Neurosociologie du SUICIDE, Boris Cyrulnik

SUI CIDE =SE TUER

Pour se-tuer, il faut avoir accès à la notion de la mort, or, le cerveau de l’enfant n’y a pas accès avant l’âge de 7/8 ans : moment où leur cerveau peut traiter la représentation du temps.

Avant 6/8 ans, l’enfant vit dans une succession de tranches de PRESENTS, de flash, il n’y a pas d’intégration du temps dans sa chronologie.

330px Prefrontal1

Les neurones préfrontaux=

le socle de l’anticipation de l’avenir et

de l’anticipation du passé (on cherche dans le passé des images et des mots pour construire un récit qu’on adresse à quelqu’un)

ne sont pas efficaces avant 7/8 ans, dans un environnement  familiale sécure.

systeme limbique

L’association des fibres des neurones préfrontaux avec les fibres des neurones du système limbique = mémoire et émotions

n’est possible que

SI le bébé a été élevé dans un environnement SECURE, dans sa période pré verbale, avant 18 mois, ou intra-utérine.

La niche sensorielle sécurisante et dynamisante qui tutorise le cerveau des enfants  et le sculpte, est organisé par le corps des parents dans la société où ils vivent, avec leurs préjugés, leur croyances, leur interactions sociales…..

Les stimulations biologiques : parler, soigner, masser…sculptent le cerveau des bébés, ils assurent l’augmentation du nombre de synapses à la minute, cela laisse des traces, des frayages.

A 8ans, le cerveau est capable de faire une représentation du temps, de dé contextualiser.

On peut observer des atrophies rhinencéphalique (système limbique), frontales,  par carence de milieu, c’est le milieu, la carence du milieu,  qui provoque l’altération cognitive.

Si la carence du milieu est trop longue, il y aura une anatomie particulière, définitive.

Le cerveau est sculpté par le milieu. Le cerveau est un organe relationnel.

La carence du milieu : maladie de la mère, mort de la mère, violence conjugale (le bébé baigne dans une ambiance violente, il a peur, c’est un traumatisme psychique), quand le trauma est trop fort, le cerveau s’éteint, il ne traite plus les informations, il est déconnecté de l’environnement, il est sidéré, conséquence neurologique pour des causes psychologique.

Les « border lines » = personnes qui passent à l’acte (frapper) avant de pouvoir réfléchir. Comme un court circuit  mental, 90% de ces personnes ont eu dans leur enfance des cascades de traumatismes et un isolement précoce  à l’époque pré verbale.

automutilation 1

Les neurones préfrontaux ne seront  pas stimulés, à cause de cet isolement de l’enfant, or, une des fonctions de ces neurones c’est d’inhiber l’amygdale rhinencéphalique, de réguler les émotions.

L’amygdale rhinencéphalique  est  le socle des émotions intenses : haine, colère, rage, peur frayeur.

Il y a 3 régulateurs des émotions :

-régulateur neurologique = lobe préfrontal

-régulateur verbal : parler pour dire ce qui ne va pas

-régulateur social, rituels, lieux de parole (prier, faire la fête)

Quand l’émotion n’est pas régulée, il y a passage à l’acte.

85% des suicidés ont eu un attachement insécure.

tugxedo attachement

Un attachement sécure permet au bébé, avant la parole à s’exprimer par des gestes, des bruits un comportement vers l’autre de la communication non verbale, s’exprime et comprend beaucoup de choses.

Ce raisonnement est systémique = une cause ne provoque pas un effet.

Une convergence de causes provoque un effet pour provoquer un symptôme, ou un trouble qui peut aussi le combattre, d’où la possibilité de résilience ou d’aggravation si on laisse les gens isolés, sinon l’atrophie s’installe = auto agression à la moindre stimulation.

attachement journees etudes 1

Chez les enfants isolés précocement, par le malheur des mères,un accident de la vie, hospitalisation, 1 bébé sur 3,  la trace cérébrale est faite, le frayage existe, toute  information arrive directement à l’amygdale rhinencéphalique ,

le lobe préfrontal n’agit pas,

et le bébé réagit, tout est une alerte, il ne sait pas se rassurer, se sécuriser.

Un bébé insécure en situation de communication :

  • se périphérise (regarde autour de lui),
  • s’auto centre (suce son pouce, mouvement de balancement) à la moindre émotion,
  • évite le regard (attachement évitant),
  • s’il y a stress, ils augmentent les mouvements  auto centrés, et
  • se met en situation de ne pas apprendre à parler, et
  • développent un retard de langage.

Pourquoi la scarification calme  l’angoisse?

Les schizophrènes en pleine panique hallucinatoire, se coupent, s’auto agressent et ça les calme.

Amygdale rhinencéphalique = lieu des émotions, au moment des hallucinations est en situation de travail intense .

Quand il se scarifient, l’activité de l’amygdale rhinencéphalique s’éteint.

dessin

L’angoisse se calme après scarification :

remplacer une douleur insupportable par une douleur supportable

Il n’y a pas de fatalité du suicide, seule la PREVENTION vaut la peine, il faut suicider le suicide, les pays d’Europe du Nord ont réussi à inverser la courbe :

  • renforcer les métiers de la petite enfance pour signaler les bébés en souffrance,  isolés,
  • ralentir le rythme scolaire qui peut abîmer les enfants,
  • développer la culture des quartiers pour développer la rencontre……

Un langage totalitaire, terrorisme, magnifie la mort:  vive la mort,  vivre mieux après la mort!

Le pic de suicide est le moment d’isolement :

unnamed

Noël :t out le monde fait la fête, sauf eux,  le lundi patin suite au dimanche d’isolement,

« alone in the crowd »

PREVENTION

ajax loader

Vous aimerez aussi...

Aller au contenu principal