RYTHME du SHIATSU

ART DU GESTE

 

Sécurité instinctive.

 

Bien suivre le parcours de l’énergie, le corps est un réseau hydraulique, l’eau ne court pas à la même allure,

il y a des retenues d’eau, des bassins, dans les genoux, les chevilles, stagnations, à d’autres endroits, il y a accélération, à nous de ralentir le shiatsu.

 

Quand ça accélère, le shiatsu ralentit, 

à l’inverse,

quand ça ralentit, à nous d’accélérer.

 

Prise de contact,

écouter le ressenti, mes mains voguent sur le corps, à quel moment mon corps va déranger mon rythme, on écoute la respiration du patient, mais on écoute surtout le corps si il laisse passer le mouvement.

L’autre nous ressent aussi, nous recevons une indication de l’autre et l’autre nous ressent. 

Si ma main est l’émanation de mon centre, je vais toucher son centre, et après j’y mets du rythme.

Première chaine vessie :

Le premier passage, avec arrêt sur le 3ème temps. 

Le deuxième passage est plus profond, petit arrêt sur le 3ème passage, toujours en rythme, le point d’orgue à la fin.

Quand il y a désynchronisation émotionnelle, se brancher sur le rythme, remettre le rythme fondamental, réinitialiser le rythme, devenir la roue du moulin, de la vie, le rythme c’est la vie, la santé, la vie c’est le rythme.

Le troisième passage, pas d’arrêt.

Notre Attention est nécessaire, poser mes mains me renvoie à mon corps et à mon rythme, obligation de conscience, de présence à notre corps, ça nous fait du bien.

 

 

Si on ressent des tensions, le danger est d’être aspiré par des tensions, par une armure, sinon, ça nous fatigue, à nous de fluidifier notre corps, sinon, on « prend » la dureté, plus la personne est tendue, plus il faut mettre de la fluidité et du rythme.

Le rythme est une protection, un flux, on n’arrête pas le flux du fleuve.

Down/Up, la maladie de l’autre fait baisser le rythme vibratoire, garder le rythme pour rester en vie, pour ne pas descendre dans les territoires sombres,

 

 

Le Rythme = fleuve de vie qui doit couler tout le temps, comme le ski nautique, avec un bateau qui avance lentement, tu coules.

 

 

Pour le burn out, il faut ralentir, remettre à  l’intérieur, ne pas faire attention aux saisons, il faut un cadre.

S’il y a pathologie, on va en profondeur, comme en hiver, on le met en hiver, sinon, explosion. 

Burn out = tout est en surface, il faut rentrer le tout, montée vers le haut du corps, accélération…

Le rythme n’est pas inné, nécessaire de faire attention, même quand j’arrête, la musique continue, force horizontale draine avec le rythme et force verticale qui rentre dans les os, dans la profondeur.

A la base, il y a un rythme fondamental que l’on doit trouver, en soi, trouver l’élan le plus naturel.

Faire de la musique avec le rythme, jouer, la joie c’est le rythme, c’est la santé, amener de la joie, pas de compassion, tristesse.

 

 

2ème chaîne Vessie,  

pause sur le 3ème = point d’orgue, un peu moins au deuxième passage, au troisième passage, plus de pause, le rythme dirige, écouter le bruit du tissu, l’attention est dans le bruit du tissu, comme un métronome.

Chaque pays génère un bruit, en Inde le bruit est frénétique, écouter le bruit avec son ventre, le hara, et ouvrir le creux de l’aisselle, l’énergie du ciel tombe dans l’épaule et comme une gouttière amener le Qi du Ciel  jusqu’au bras et au bout des doigts.

 

Quand je rentre, je relâche, la musique aide à faire cela, envoyer le souffle du son dans le corps, tout vibre, la vibration de la musique rentre partout, pénètre le corps de celui qui écoute, relie, enlève tous les cloisonnements, et on devient tous plus grands, un bon shiatsu est forcément un grand shiatsu, au-delà de l’égo, il devient un bon serviteur, il se fond dans le rythme et la musique, tout mon corps, mes gestes obéissent au rythme, qui guide les mains.

 

Base du sacrum :

bande fessières, une phrase musicale, 1 je lâche-2 je lâche -3 je lâche -4 je lâche -5 je lâche, les mains glissent vers l’extérieur. Plus c’est profond, plus c’est lent, plus il faut mettre de la musique, plus c’est lent plus il faut mettre du rythme rapide, quand c’est rapide, il faut faire du rythme lent.

C’est le relâché qui me fait avancer, quand je lâche j’avance.

 

carré lombaire, 4 points circonscris, , dernière articulation lombaire avec le sacrum.

Les bandes fessières libèrent le dos, puissant, vite et ouvrir les fibres des muscles fessiers, travail des lombalgies, regonfler les coussins du canapé, 2/2, en remontant le dos, griffer, réchauffer

 

Massage à 5 temps : trapèze supérieur, trapèze moyen, grand dorsal, carré des lombes, spino.

Mains pleines de l’énergie des percussions, placer les mains dans les reins, attendre que toute la chaleur des mains se diffuse dans les reins, une au cœur une aux reins.

 

Méridien Vessie : 5 3x, poids du corps à chaque pression, très lourd, à l’intérieur de la cuisse l’énergie est très profonde, au genou, il y a stagnation, comme un petit lac,  accélérer le rythme, sans quitter le genou, à force de tourner on brasse l’énergie, faire venir l’énergie au niveau du genou, jambe, calme,  et partie tendineuse plus rapide, et tomber dans le  point malléole (= montagne 60V kunloun, source du fleuve jaune, en Chine, kounloun est une montagne).

Rapide mais pas pressé, à tout moment, on peut s’arrêter, toute notre présence est présente, un ruisseau qui coule vers le tendon,

 

 

lac,  rivière, torrent, montagne, colline.  

60V = grand point des nerfs, point aspirine, influence douleurs du corps, sciatique

 

 

 

 

 

Bandes du pied,

5×3, intérieur, milieu, extérieur, comme des ricochets, sans fatigue, je rentre je sors, le coude plaqué au corps, l’épaule peut monter, mais pas bloquée.

Quand on a finit les pieds, remonter, coiffer la tête 16TM, faire les points qu’on connait, équilibrer Reins et cœur, 4/11TM, porte du destin et voie de l’esprit, points Shen, points de l’étoile polaire, tous les points du corps sont reliés à l’étoile polaire, sommet du crâne.

1Rn à faire avec mes Rn qui pulsent, pas de force, le Qi

Dans un état volontaire, c’est la volonté qui va faire, ce n’est pas bien.

Tout mon corps y va, le rythme va changer l’intention, ouvrir le diaphragme, volonté de détacher les piliers arrière, en lenteur, faire correspondre foyer sup et moyen, 2 doigts sous nombril,  6GM+7P (petite vallée, ouvre le GM) régulation de tous les yin du corps.

On cherche à aller jusqu’à la face antérieure des vertèbres, poids naturel du corps, 5-6/10, lâche dans la main et se transmet dans le corps, bénéfique, les forces s’enroulent naturellement, pile au centre du corps, tout va s’harmoniser, le centre va faire le travail.

 

 

 

 

ajax loader

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Aller au contenu principal